L'avenir est à nous

De septembre 2007 à juin 2009, la compagnie Gravitation et les services de prévention de l'ADDSEA ont mené conjointement une action culturelle et éducative dans les quartiers populaires de Besançon, animés par une démarche commune: aller à la rencontre des habitants et des jeunes en particulier, tenter d'ouvrir des portes, tracer des chemins culturels et sociaux.

Pendant ces deux années, acteurs, éducateurs, enseignants et jeunes se retrouvés régulièrement au cours d'ateliers d'écritures, de débats, d'escales théâtrales autour d'une question centrale : à quoi ressemblera le monde de 2058 ?

Plus de 400 jeunes ont ainsi été invités à rêver leur avenir, à se projeter dans une utopie futuriste, et derrière tout cela à réfléchir sur leur rôle dans cet avenir qui sera le leur.

L’avenir commence aujourd’hui

Combien de fois n’avons-nous pas rêvé de refaire le monde?

Souvent nous avons tiré des plans sur la comète, joué avec les si du conditionnel, pris les aéronefs du passé antérieur ou du futur postérieur,  déroulé le tapis rouge des hypothèses.

C’est sûr, le monde de demain est déjà à l’œuvre à l’intérieur de nous, il est à l’image de nos rêves, il ne reste plus qu’à l’écrire.

L'imaginaire est un muscle qu'il faut entrainer à l'aide d'autres imaginaires, littéraires, filmiques...  Il a besoin également de cadres d'abord simples qui progressivement se complexifieront.  Pour que les jeunes puissent s'embarquer sur les chemins de l'avenir, nous sommes venus dans leurs classes, et pour les moins jeunes nous avons mis en place des soirées aspirat'heures. Ces deux types d'intervention fonctionnent de la même manière, nous jouons des saynètes sur des thèmes variés, et après chacune d'elles, nous discutons ou bien nous  proposons des jeux d'écritures qui s'inspirent des scènes que nous venons de jouer.

exercer les muscles de l'imaginaire