Boite à idées

Quelques matériaux  pour s'inspirer profondément, déclencher notre imaginaire collectif et s'immerger dans ce grand chaudron de sorcière. Laisser vous ensorceler.

Décors

Pour le marché l'idée est de se placer entre la foire et le cabinet de curiosité. Trouver un peu d'hétéroclite, un univers entre l'éternité et la poubelle comme disait Tadeus kantor.

Cabinet de curiosité

Foire

Matériel pour décors si vous avez des trucs chez vous emmenez les

Draps, tissus, chevrons, liteaux, bambous, branches, planches, caisses, malle, charrettes, parasol, parapluie, sac en toile de jute, bocaux.. trucs étranges : animaux empaillés, cranes d'animaux, papillons, insectes, poupées, statuettes, photos anciennes, peinture...

Titre 1

Le marché aux sorcière

Pourquoi un marché ?

S’appuyer sur un marché pour créer un événement artistique c’est une façon de s’inscrire dans des pratiques déjà à l’œuvre sur le territoire, s'inspirer de forme culturelles rurales.

La foire donne à la fois une visibilité et une assise à une manifestation artistique et théâtrale, et valorise les savoir-faire.

 

La foire est dans l'histoire un espace de rencontre où la culture rurale se tisse à la fois chaotique et festive. A des kilomètres à la ronde on s'y rend pour vendre et y acheter Tout un petit peuple de bonimenteurs s'entremêle, vendeurs de potions et d’élixirs, d’alchimistes déglingués, d’hercules de foire, d’artistes ambulants, de prophètes millénaristes, théâtre de tréteaux, avec ses personnages masqué de la comédia dell'arte, ou sont théâtre de guignol, son agora. 

Le marché esthétique et fonctionnment

J'aimerai qu'on décale le marché, pour lui donner un aspect poétique et spectaculaire,Un univers de bidon et de caisses, de voiles et de mats, entre le cabinet de curiosité et la foire médiévale.

 

Le marché aura plusieurs types de fonctionnement: 

  • Ouvert ou fermé.

Ouvert: Les spectateur entre dans un espace dans lequel plusieurs choses se déroulent en même temps, il papillonnent, d'un stand à l'autre.

Fermé: un petit groupe de spectateur, ou un seul, est sélectionné pour vivre une expérience qui se déroule en une ou plusieurs étapes. c'est expériences une fois terminé peuvent se répéter.

 

  • Entres-sorts: les entres-sorts sont le nom qu'on donne en théâtre de rue à des saynettes qui peuvent durer entre 5 et 20 mn et se déroulent dans des lieux clos (Caravanne, tente...), ou ouverts stand.

Bonimenteurs, voyante, lecteur de comtes, farces qui se déroulent sur un théâtre de tréteaux, théâtre de marionnette...

  • Participatif: les spectateurs sont invités à faire ou à créer quelque chose, apprendre, une danse, fabriquer son balais, un onguent, se faire prendre en photo, se détendre... atelier philo, agora folle où l'on s'étripe joyeusement autours d'une question, constellation familiale.

  • Parasitage: une action ou un chœur fait irruption dans le marché.Les envouté, une manifestation de femens, avec leur slogans, des vendeurs sous le manteau, les chuchoteurs poétiques, des personnages  qui traverse le marché, médecins, prophètes, pestiférés, fête des fous, homme animaux..

  • Ambiance. Un ou plusieurs personnages sont dans des actions longues répétitives ou non, qui donne ou non lieu à une scène. Il participent à créer une ambiance poétique.

Un curée sort de sa tente église, déjeune, pendant que des anges, dépendent sa soutane la repasse, et l'habille. Une fois habillé il part en procession.

Les trois parques tissent les fils de nos existences

Un personnage sculpte, un autre rénove un vieux fauteuil, un autre brasse de la bière, un autre accroche des rubans de phrases qui progressivement remplissent l'espace.

  • Événements. ils cherchent à capter l'attention, Ils n'ont lieu qu'une fois et s'adressent à tout le monde. Pendant qu'ils ont lieu, le reste s’éteint.

Défilé de sorcière façon défilé de mode, flash mob, Les danseurs fous de Strasbourg, exécution ...

  •  

 

Exemple de bonimenteurs

Quelques textes de bonimenteurs que nous avons dans notre escarcelle gravitationnelle qui peuvent être utiliser tel quel ou servir de modèle à d'autres délires.

  • Dialogue médicale entre un cacatologue et un chirurgien du cerveau qui se propose, d'associer deux cerveaux contraire.

  • La moulinette à penser qui creuse les méandres de la pensée.

  • La grand rêveuse

  • Un éloge de la paresse

3.png
les-danseurs-fous-de-strasbourg-14618772

Le 14 juillet 1518, Frau Troffea sortit dans les rues de Strasbourg et dansa des jours durant, sans s'arrêter, entraînant avec elle une foule frénétique de plusieurs centaines de personnes. Insensibles à la fatigue et à la douleur, les pieds ensanglantés et les visages extatiques, les danseurs moururent par dizaines.

La farce

XVe et XVIe (1ère moitié) L'esprit de dérision est alors très développé dans tout le Moyen-Age. Les esprits les plus respectables acceptent de se voir caricaturer.

C'est l'ancêtre de la comédie de moeurs et de la comédie d'intrigue. Elle est tirée de fabliaux populaires. Aventures et mésaventures de la vie quotidienne. Elles mettent en jeu, mari et femme, vendeur et client, procureur et défendeur, serviteur et maître. Le ressort du trompeur trompé  De loin la préférée du public. Sans doute née dans les foires campagnardes, au milieu des marchands. Pénètre en ville pour y "farcir" les Mystères. Autonome à la Foire Saint Germain (créée en 1482 par Louis XI) et dès l'ouverture de l'Hôtel de Bourgogne (1548).

Dès le début du 15ème les clercs du parlement de Paris s’organisent en confréries Ex : la Basoche, dont une section : les Enfants sans Souci, se font une spécialité des farces.

La sotie

Les "sots" fondent leur système de satire sur cette hypothèse que la société toute entière est composée de fous. Ajoutant à leur costume quelques éléments significatifs, ils deviennent juge, soldat, moine, noble, homme du peuple... Tous entraînés dans des sketches relevant de la folie générale. Pitrerie bourrée d'allusions satiriques "d'actualité" vivement exprimées et promptement saisies par les spectateurs. Comme la Moralité, divertissement essentiellement urbain.

Le marteau des sorcières

Texte écrit par deux dominicains, qui expliquent que les femmes étant donné leur faiblesse d'esprit et leur inconstance sont bien plus vulnérable aux tentations du diable. Des virtuoses en misogynie. Je pense qu'il y a des extraits à reprendre tel quel.

Il pourrait y avoir dans la foire un petit théâtre de guignol, avec une marionnette qui représenterait un inquisiteur et une autre un guignol au féminin, les servantes ingénieuses de molière.

Décors

Pour le marché l'idée est de se placer entre la foire et le cabinet de curiosité. Un marché poétique avec des objets hétéroclite, un univers entre l'éternité et la poubelle comme disait Tadeus kantor.

Cabinet de curiosité

Foire

Matériel pour décors si vous avez des trucs chez vous emmenez les

Draps, tissus, chevrons, liteaux, bambous, branches, planches, caisses, malle, charrettes, parasol, parapluie, sac en toile de jute, bocaux.. trucs étranges : animaux empaillés, cranes d'animaux, papillons, insectes, poupées, statuettes, photos anciennes, peinture...

Pour se mettre dans le bain

 La poudre

Dans ce tout premier épisode de la série « Sorcières » de La Poudre, Mona Chollet décrypte pourquoi la société a besoin de sorcières

Épisode Sorcières 1

- Mona Chollet

Décryptage du livre « Moi, Tituba sorcière noire de Salem » de Maryse Condé, lors d’un épisode enregistré en public à la Villa Rose.

Épisode Sorcières 2

-  Tituba

l'émission fait résonner les voix des sorcières contemporaines et de toutes celles pour qui cette figure est un guide, une inspiration, une compagne de route.

Épisode Sorcières 3

- L'Antidote

France Culture

Qu’on lui prête un nez crochu, un balai, des pouvoirs maléfiques, des potions magiques ou une sexualité débridée, la sorcière est un objet de répulsion...

La littérature s’est très vite emparée du personnage de la sorcière. Du rôle de méchante à celui de personnage fort et féminin dans la pop culture, les...

Une créature qui se déploie la nuit, se transforme en animal, se rend au sabbat, se livre à des festins et des orgies, mange des enfants et profane des...

Depuis quelques années, il existe un véritable engouement autour de la figure de la sorcière. Aujourd’hui la sorcière est féministe, politique et souvent...

Quelques fils

Carnaval, fête de la saint Jean, fête des morts, fêtes des fous comme l'explique Muchembled, dans culture populaire et culture des élites  ces rites animiste teinté légèrement de catholicisme, sont issus d'une culture rural tournée vers nature et ces cycles. Elle est omniprésente jusqu'au XVII ème siècle et occupe une bonne part du calendrier, neuf semaine y sont consacrés . Ces fêtes les perturbation quelles engendre pendants des siècles comme un défouloir utile. Mais progressivement le pouvoir, le roi, l'église, et les notables se donne  les moyens d'interdire ces fêtes païennes, et d'instaurer leur culture, une culture dite de la raison . Là où la culture rurale était Rabelaisienne, l'élite impose un puritanisme forcené. Et pour mieux asseoir son pouvoir, il s'empresse de trouver un bouc émissaire, les femmes au travers d'une figure, la sorcière dont il se plait à inventer les perversions. Les crime de la sorcière culminent dans une cérémonie le Sabbat. Lieu à l’écart où l'orgie côtoie l'infanticide, et dans lequel la sorcière signe un pacte pornographique avec le diable, dont elle gardera la trace, la fameuse marque du diable. Les juges la  chercheront par tout les moyens. La marque, un grain de beauté où une rougeur est sensé être insensible, les médecin à l'aide d'une aiguille torturent pendant des heures la pauvre femme à l'aide d'une aiguille, puis il continue jusqu'à ce qu'elles finissent par dire ce qu'on attend d'elles. Les buchés verront périr entre 50 000 et 100 000 personnes dont 80% de femmes qui pour la plupart seront condamnés par des tribunaux laïc. Femme nature contre homme raison . Au travers les buchés auquel la population villageoise est obligé d'assister, c'est cette France rural qu'on met au pas. C'est un   éthnocide qui se met en place au non de la raison, une guerre de classe, doublé d'un féminicide. Pour Federricci, ce monde qui se marchandise a besoin de main d’œuvre, c'est pourquoi la femme est réduite à son ventre. Pour elle ce massacre des femmes marque le début du capitalisme.

Ce qui m’intéresse dans ce thème c'est un peu tout ça. Parler des sorcière c'est revenir à une autre appréhension du monde qui nous entoure. Un monde de symbole et d’analogie, de communion et de sensibilité avec soi et avec la nature comme matrice. C'est faire un pas de côté pour tenter chacun à sa manière de sortir d'un capitalisme mortifère. Dans cette fourmilière il s'agit de tracer des voie, de tisser quelques fils.

L'événement fonctionne en deux volet. Un marché délirant ou se mêle des vrais et des faux marchands, Une balade d'ambiance qui finit par un Sabbat participatif.

 

Musiques, Chansons

A travers la musique l'idée est renouer avec des rites de fertilité paiens et animistes , que l'église à réprimé sous le non de sorcellerie. La puissance de la nature, une sororité puissante.

Proposé par Elise

Proposé par Sarah

Sarah propose de le chanter, ça peut être très beau dans la balade.

Elle propose aussi un circle song qui pourraient se faire avec les participants mais aussi le public.

Proposé par Etienne

La balade des pendus

Ballade des pendus

François Villon

Frères humains, qui après nous vivez,
N’ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s’en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Se frères vous clamons, pas n’en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n’ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,

Nous préservant de l’infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d’oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu’Enfer n’ait de nous seigneurie :
A lui n’ayons que faire ne que soudre.
Hommes, ici n’a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Matériaux déclencheurs

Le fil, tisser, tricoter

Le fil, la corde, sont de bons matériaux à la fois scénographique et de jeu. L'araignée qui tisse sa toile, Les trois parques dans la mythologie qui tissent les fils de la vie et le coupe, elles président à notre destin,

Folklore

L'homme sauvage, au travers de ces rites c'est une façon de se replonger dans l’énergie et la fécondité de la nature. Rite de fertilité.

Êtres hybrides

Mi animal, mi insectes, mi végétale ces êtres sont les représentants d'un monde invisible, fait de l'étoffe de nos rêves. Ils mettent en lien notre monde intérieur avec celui de la nature, il y a comme un jeu de correspondance qui se met en place. la sorcière figure ce lien, elle perçoit ce que l'on entend pas, elle entre en relation avec les morts, l'esprit des ancêtres, elle tisse des fils invisibles.

Quand je pense aux papillons je pense à un personnage de "Cent ans de solitude" de Gabriel Garcia Marquez qui est entouré de papillons, pour moi les papillons de nuit c'est l’âme des morts, on pourrait avoir un personnage qui communique avec les papillons. L'homme oreille pourrait être dans la balade, il entend des choses que l'on entends pas, le monde de la nuit.  Le bouc c'est satan, lucifer, le porteur de lumière, c'est pan, le dieu de la nature chaotique mais c'est aussi le bouc émissaire,

Masques en tissus

J'aimerais bien qu'on puisse travailler sur le masque, c'est ce qui permet de décoller, d'investir une autre gestuelle plus burlesque transgressive

Inquisiteurs, medecins

Danse butô et sorcières

Beckett et Maguy Marin

La pythie